Archives mensuelles: octobre 2018

Hébergement temporaire : on parle de nous dans la presse !

Ils sont des millions à accompagner un proche au quotidien. Mais les aidants ont aussi besoin d’une pause. À Divatte-sur-Loire (La Chapelle-Basse-Mer), la résidence le Clos-du-Moulin les accompagne.

Depuis près de huit ans, Liliane Martins et Monique Briant accompagnent le quotidien de leur maman de 90 ans, Hélène Fralin, atteinte de la maladie d’Alzheimer. « Maman vit seule chez elle. Au fil des années et au rythme de l’évolution de sa maladie, nous avons mis en place toutes les aides possibles pour l’accompagner. Chaque jour, ensemble ou à tour de rôle, nous lui rendons visite. »
Malgré sa maladie, Hélène Fralin est restée joyeuse et facile à vivre, mais elle réclame une attention de chaque jour. Sur la durée, la fatigue se fait sentir. Liliane Martins et Monique Briant ont accepté l’idée de faire une pause dans leur vie d’aidantes. « Nous savions que c’était nécessaire, il nous fallait prendre du recul, du temps pour nous, pour nos enfants aussi, respirer », disent les deux filles d’Hélène Fralin.
Cet été, leur mère a donc passé trois semaines à la résidence Le Clos du Moulin à Divatte-sur-Loire (La Chapelle-Basse-Mer). « Nous avons trouvé le bon endroit. Au Clos-du-Moulin, nous avons été accompagnées dans la démarche. Rassurées et sans culpabiliser, nous avons accepté d’y laisser maman. » Une expérience positive pour mère et filles, qui renouvellent un séjour temporaire en novembre. « C’est une étape sur le chemin pour envisager l’après », disent-elles.

L’hébergement temporaire : une vraie solution.

La résidence met à disposition trois places d’hébergement temporaires. « Elles sont réservées aux personnes aidées, en vue de laisser un peu de répit à leurs aidants, ou un retour d’hospitalisation. Un séjour pour essayer aussi, cela permet à la famille, comme aux résidents, de démystifier l’établissement », explique la directrice de la résidence, Isabelle Bonraisin.
Ici, le projet de séjour est primordial. Cela ne relève pas d’une simple location mais d’un vrai travail de préparation en amont, pour s’adapter aux attentes de chaque résident et préserver les acquis. « Il permet d’installer une confiance, de chasser les idées négatives et de passer sereinement le relais », ajoute Tony Perrin, assistant au Clos du Moulin.
Flexible, sur une durée de 90 jours maximum par an, l’accueil temporaire se présente comme une alternative entre le « tout établissement » et le « tout domicile ». « C’est un véritable outil de prévention qui s’inscrit dans la continuité des parcours de vie des aidants et des aidés » , conclut Isabelle Bonraisin.

Ouest France du 3.10.18 I. CHARTIER